Accueil2020-06-27T15:23:27+02:00

Le CLUB-ECEF est la seule association française, déclarée d’intérêt général, regroupant des citoyens issus de domaines divers et complémentaires, dont des représentants d’instances religieuses. Tous se sont engagés pour une société plus citoyenne, plus fraternelle, en s’appuyant sur les convergences des valeurs des religions avec les valeurs de la République. Le dialogue entre la République et les religions prime impliquant le dialogue entre les religions.

Son Nom : CLUB-ECEF, l’Acronyme de ses mots clefs : Citoyenneté, Laïcité, Union de nos Bases, Engagement Citoyen, Engagement Fraternel.

Son LOGO : l’Arc en Ciel, symbole depuis les premières croyances de l’alliance entre l’homme et la ou les divinités, repris dans le Genèse, premier texte des religions abrahamiques, en tant que symbole de réconciliation étendue désormais entre tous les hommes et femmes.

Sa Citation de prédilection : un extrait du « ICH und DU » de Martin Buber : « Il nous faut à chaque fois réapprendre à dire Tu à celui ou à celle dont on dit Il ou Elle. Il me faut dire Tu à celui ou à celle dont je sais qu’il ou elle se pense comme un Je. Ce Je qui me révélera à quel point Je est un Autre, et dont j’attends qu’il ou elle me dise Tu, pour que nous construisions un Nous »

Citoyenneté :

La République outre de protéger le citoyen en France et où qu’il soit dans le monde, lui ouvre des droits politiques et sociaux. Elle exige en retour que le  citoyen adhère aux valeurs de la République telles qu’elles ressortent de ses textes fondamentaux, notamment ses constitutions, sans oublier ses devoirs que la constitution de 1848 définissait comme suit : aimer la patrie, servir la République, la défendre, concourir au bien-être commun, précurseur du bien commun du temps présent. Ces valeurs de la République sont le socle de départ des travaux du CLUB-ECEF.

Laïcité :

Les constitutions depuis 1946 proclament le caractère laïque de la République. Il se traduit pour le citoyen par la liberté de religion et d’exercice du culte et plus globalement la liberté de conscience. Ce caractère laïque de la République demande au citoyen d’y adhérer, c’est-à-dire d’accepter pour tout autre la même liberté de religion… de conscience. Ainsi, pour le CLUB-ECEF, ce caractère laïque assure à chacun, quel que soit son patrimoine d’origine, de culture et de religion ou spiritualité, de trouver toute sa place dans la Nation française, tant que ce patrimoine ne s’oppose pas aux valeurs de la République.

Union de nos Bases :

Citoyenneté et caractère laïque supposent que convergent les valeurs du patrimoine de chacun, en particulier celles des trois religions monothéistes, avec celles de la République. Ce fut la première question explorée par le CLUB-ECEF : son constat est un haut niveau de convergence traduit dans « REPUBLIQUE et RELIGIONS, des valeurs communes pour une fraternité partagée ». En conséquence, au-delà du respect de l’autre, il importe de le reconnaître, de l’accepter, de partager sur ces convergences et d’échanger sur d’éventuelles divergences.

Engagement citoyen :

Il revient à chaque citoyen de manifester les valeurs de la République et de les défendre en tout lieu et toute circonstance. Il a notamment pour devoir de les transmettre et d’y faire adhérer ses enfants. Il est ainsi avec l’école un acteur majeur du cheminement vers la citoyenneté. Il a le même devoir envers ceux pour lesquels il prend une responsabilité d’éducation, de comportement. Dans un cas comme dans l’autre pour structurer, amplifier ces rôles, le CLUB-ECEF propose notamment le développement de rites existants, l’instauration de nouveaux rites…

Engagement fraternel :

La solidarité garantie par le caractère sociale de la République, si elle s’impose par les lois économiques, à chacun selon ses moyens, ne suffit plus à faire société avec tout autre citoyen.  Chacun doit apporter à d’autres sa fraternité : ce qu’il est. Il le doit à ses proches et à ceux envers lesquels il s’est engagé. Il le doit aux moins proches, notamment ceux soumis à des contraintes non fondées, comme le fit la République par sa Constitution de 1946 en accordant le droit d’asile à tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté.

NOTRE ACTUALITÉ

Toute notre actualité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER