Débat du 6 décembre 2017

 

Débat du 6 Décembre 2017 

“République française et Religions : Une même direction ?”

Il a été organisé par le CLUB-ECEF au cinéma « Le Village » à Neuilly sur Seine .   

Rapide regard:                               

Théâtre fort bien rempli, environ 180 personnes. Un regret : la jeunesse sous représentée. Un auditoire attentif et à l’écoute tout au long des 3 heures de débat. Des applaudissements soutenus après chaque intervention.

Les points forts :

–         Les religions sont en majorité fondées sur des filiations et la révélation de Dieu aux croyants est, pour chacune des religions, unique. Quant à la République, elle est fondée à la fois sur une filiation concernant la spiritualité (En présence ou sous les auspices de l’Être suprême) et sur une rupture concernant la nature du Régime.

–        Pour la République, les Constitutions sont des textes de compromis, les lois sont des garde-fous. Ils sont bien souvent élaborés en s’inspirant à la fois de textes religieux, de textes philosophiques et de textes juridiques. Pour les religions, les textes qui éclairent sont le fait de théologiens ou découlent de synodes ou conciles où ensemble est recherchée une approche de la vérité mais d’où résulte toujours un compromis. Notons par exemple le concile Vatican II qui s’est terminé en octobre 1962 où va être mis en évidence l’origine juive du christianisme ainsi qu’une certaine reconnaissance de l’Islam. Précisons aussi concernant l’Islam, que les textes qui éclairent (fiqh et hadith) justifient parfois des dérives et qu’il est souvent préférable de revenir à la source : le Coran, notamment via les versets anhistoriques. Est également souligné l’apport de la Réforme dans le domaine social.

–        Si les fondamentaux résultent du compromis et de l’intelligence, on ne voit pas pourquoi il n’y aurait pas de convergences. Il y a des convergences évidentes entre les 10 commandements et la Déclaration d’indépendance américaine, modèle pour la DDHC de 1789 puis pour la déclaration universelle de 1948. Pour la franc-maçonnerie : convergence religions et République, peut-être, mais qu’en est-il des « territoires perdus de la République » où la priorité devrait être le respect des lois et en premier du caractère laïque de la République.

–        Nous pouvons effectivement constater une distanciation entre les convergences entre République et Religions et des faits et actes contre la République. Pourquoi les médias parlent peu de ce qui apaise ? Pourquoi ce silence de l’instruction sur ce qu’est l’autre ? Il y a consensus pour dire que nous pouvons peu face au média, sinon via des relais dans chaque communauté (par exemple, pourquoi les imams ne relaient pas, vers la communauté musulmane, et plus, le contenu de la déclaration de Marrakech de janvier 2016 et celui de la réunion de Grozny d’août 2016) mais que nous pourrions beaucoup vis-à-vis de l’éducation à la fois par les familles et par l’école. C’est le rôle de l’Etat d’agir en ce sens, pas celui des religions et de la République qui n’est qu’un cadre, d’autant que si la République est constitutionnellement laïque, ce n’est pas le cas de la société qui devrait être un espace public favorable au débat. Le CLUB-ECEF propose des actions vers les préfectures et les mairies, notamment concernant les rites citoyens ainsi que vers la direction générale de l’enseignement scolaire concernant la laïcité qui vont dans ce sens. Un cas particulier qui mériterait sans doute d’être analysé ; c’est le cas de nos armées où les missions de soutien moral et de soutien au commandement sont précisées aux aumôniers par les militaires avec d’excellents résultats vis-à-vis des valeurs de la République et de la laïcité

 

Quelques questions de la salle :

–        La société actuelle est-elle dans le sens des religions ? Les religions ne donnent pas de sens mais apportent pour que l’individu soit en relation avec l’autre. C’est un combat permanent contre l’individualisme. C’est peut-être aussi la difficulté à faire le deuil d’un monde qui passe et auxquels les extrêmes laïques et religieux se raccrochent.

–        Pourquoi les religions ne passent plus auprès des jeunes ? Dans « les territoires perdus de la République », l’Etat n’a pas nourri et éduqué ses enfants (référence au tableau de Daumier). Il faut réapprendre aux jeunes à parler aux jeunes, il faut coller à l’évolution de la société.

–        Une pique : pas d’intervenantes pour ce débat mais 8 hommes !!!

 

Conclusion :

Le rebond est possible, chacun croît au sursaut : les mots clés sont compromis, intelligence et éducation. C’est à l’Etat de mettre en œuvre ce sursaut avec l’aide de l’espace public, de toute la société. Les propositions du CLUB-ECEF font partie de cette aide qui est proposée aux organismes de l’Etat.

 

Les Intervenants  
Ghaled Bencheikh Président Conférence Mondiale des Religions pour la Paix,

Pasteur François Clavairoly Président Fédération Protestante de France,

Monseigneur Jean-Charles Descubes, Archevêque Emérite

Jean-Christophe Fromantin, Maire de Neuilly-sur-Seine, Marcel Laurent Ancien Grand Maître, Grande Loge Cultures et Spiritualité

Edmond Lisle, Président Fraternité d’Abraham,

Délégué Rabbinique Moïse Taïeb, Directeur Talmud Torah de Neuilly, Aumônier des Armées

  Modérateur Guy Lefrançois Président CLUB-ECEF

 

Si les travaux du CLUB-ECEF vous intéressent, rejoignez-nous via notre site : www.club-ecef.org

2018-03-29T09:17:29+00:00 12 décembre 2017|Articles|